IVG médicamenteuse libérale en région Centre : communication du Dr Bardon au Sénat

A l’occasion des 40 ans de la loi Veil, le Dr Parvine Bardon, représentant le Collège de Gynécologie Centre - Val de Loire (CGCVL) et l'URPS-ML Centre, a présenté une communication lors du 1er colloque « Gynécologie et Société », le 14 novembre dernier.

Constatant le faible taux d'IVG médicamenteuse en ville en région Centre, le CGCVL, soutenu par l'URPS-ML, s'est en effet donné comme objectif de former les médecins libéraux décidés à s'investir dans cette pratique et de promouvoir la signature de conventions légalement nécessaires.  

Le Dr Bardon a rappelé au Sénat que la région Centre ne compte que 150 gynécologues libéraux et 137 sages-femmes libérales. Pour autant, le nombre d'IVG médicamenteuses en ville y est passé de 655 en 2012 à 785 en 2013 (+ 20%). « En établissement, a-t-elle indiqué, l'accueil des femmes en demande d'IVG reste très insuffisant en raison d’un personnel souvent non dédié et non spécialement formé. Quant à la consultation post-IVG, qui est capitale pour ancrer une bonne contraception et s'assurer de la réussite de la procédure, elle n'est réalisée que dans 60% des cas au mieux ».

Il apparaît notamment que la plate-forme téléphonique régionale, ouverte depuis un an, peine à se faire connaître, qu’il y a une absence complète de visibilité des praticiens libéraux, tant sur le site de l'ARS que sur la plate-forme, et que le nombre de médecins conventionnés pour la pratique de l'IVG en ville reste trop faible, alors qu’il s’agit de la méthode la plus économique pour l’Assurance maladie et donc pour la société.

Les objectifs du CGCVL et de l’URPS-ML sont donc, pour améliorer la prise en charge des femmes, de former les gynécologues et les médecins généralistes concernés, d'obtenir les signatures de  conventions légalement nécessaires  avec les établissements autorisés et ainsi promouvoir la gynécologie libérale au-delà de l'IVG, en l'intégrant dans la santé génésique.

Rappelons qu’à l’issue d’une enquête menée auprès de ses membres, le CGCVL avait organisé le 20 mars 2014 une formation agréée OGC-DPC sur l'IVG en ville à l’intention de 30 médecins, dont 21 généralistes. À la suite de cette formation, deux conventions ont été signées à Châteauroux et Blois. Par ailleurs, trois médecins généralistes et une gynécologue sont en cours de conventionnement à Orléans.

Le Dr Bardon a conclu sa communication en insistant sur le fait que l’IVG en ville,  qui est la plus économique pour la collectivité et présente « le meilleur rapport coût /efficacité/humanité/disponibilité », doit être revalorisée et remise au cœur du métier des médecins de la femme.