LA MEDECINE LIBERALE ? CONNAIS PAS

Voici le texte du communiqué que le Bureau de l’URPS-ML a souhaité envoyer aux médias le 6 juillet :

Les pouvoirs publics, associations et autres comités « Théodule » ont une fâcheuse tendance à l’oublier : en France comme dans la plupart des pays développés, les médecins libéraux généralistes et d’autres spécialités constituent des piliers du système de soins. Ils en forment le 1er et le 2ème recours, deux échelons qui, souvent, permettent d’éviter de recourir à un 3ème échelon, plus coûteux et plus lourd à mobiliser, l’hospitalisation.

Or l’Union Régionale des Professionnels de Santé des Médecins Libéraux (URPS-ML) du Centre-Val de Loire (qui représente les 3800 médecins libéraux de la région) croit rêver depuis quelques mois : lors de diverses manifestations dont des acteurs essentiels devraient en toute logique être les médecins libéraux, ceux-ci ne sont jamais conviés à la tribune !

Jugez plutôt :

-       2 juin : colloque « Quelle relation soignant-soigné aujourd’hui ? », organisé à Orléans par l’Espace Éthique Région Centre. Aucun représentant de la médecine libérale dans le parterre des distingués intervenants… Comme si le médecin libéral n’était pas le premier interlocuteur du patient, en tête-à-tête, dans son cabinet !

-       9 juin : colloque sur les biomédicaments et leur dispensation au domicile du patient, à Tours. Oublié, une fois de plus, le porte-parole de la médecine libérale… Comme si le médecin traitant n’était pas le coordonnateur du suivi du patient en ville…

-       16 juin : conférence sur le burn out au Théâtre d’Orléans. Les organisateurs ont, là encore, oublié de convier au moins un représentant de la médecine libérale à la tribune, aux côtés de Michel Cymes… Comme si le premier témoin et même la première victime du burn out n’était pas le médecin traitant lui-même... Comme si l’URPS-ML n’avait pas organisé dès le 17 mai 2014 un Forum sur le même sujet et consacré un numéro spécial de son magazine, Trait d’Union, à cet enjeu de société…

Bizarre, bizarre… Vous avez dit bizarre ? Il semblait pourtant aux 40 médecins libéraux élus de l’URPS-ML qu’il n’avait jamais autant été question, dans les grands débats actuels sur l’avenir de la santé, de soins en ambulatoire, en ville ou au domicile du patient. De là à penser que l’on se moque de la médecine libérale et de son rôle au service de la qualité des soins, il n’y a qu’un pas… Que l’URPS-ML ne saurait bien sûr franchir !