Insuffisance rénale : lancement de l’action de dépistage précoce par les biologistes de la région

L’URPS des Biologistes du Centre-Val de Loire, institution représentative des biologistes de la région, a convié, le 8 décembre dernier à Blois, tous les biologistes de la région à une soirée de formation FIF-PL sur les nouvelles recommandations de dépistage et de suivi de l’insuffisance rénale.

En présence du Pr Jean-Michel Halimi, chef du service de néphrologie du CHRU de Tours, du Dr Francis Guinard, président de l’URPS Biologistes, et du Dr Paul Bardière, représentant le pôle santé de l’ARS, les différents intervenants ont présenté les recommandations récentes, dont celles de l’HAS, en matière de dépistage de l’insuffisance rénale.

Il s’avère en effet que le dépistage de cette maladie insidieuse peut être amélioré, sachant que près d’un tiers des patients atteints d’IR est dialysé en urgence et qu’un Français sur vingt ignore être atteint d’IR.

Les pratiques doivent être harmonisées au niveau des laboratoires de biologie : calcul du DFG par l’équation CKD-EPI, rendu de l’historique des DFG sous forme de graphe, calcul du déclin du DFG en ml/mn/an, ratio albumine/créatinine dans les urines.

Ces informations faciliteront le diagnostic d’une IR par les médecins chez les patients à risque, qui seront suivis de façon plus précoce et plus régulière par la créatininémie et le ratio albumine/créatinine urinaire. Ils pourront être orientés par leur médecin vers un néphrologue bien en amont de l’entrée dans le traitement de suppléance (dialyse ou greffe).

Les pharmaciens et les infirmières seront associés à ce dépistage précoce de la maladie rénale. Le but de cette action préventive est de retarder l’entrée des patients atteints d’IR dans la suppléance en mettant en place plus rapidement une stratégie néphro-protectrice, d’améliorer ainsi la qualité de vie des patients et de majorer leur espérance de vie tout en réduisant le coût de la prise en charge du traitement (45000 € par an pour un patient en IR terminale).