Radicalisation : un séminaire régional avec des représentants des médecins libéraux

Face aux menaces terroristes qui pèsent sur la France, l’ARS Centre-Val de Loire a organisé le 24 novembre à Orléans un séminaire sur la radicalisation à l’intention des acteurs du système de santé, dont font partie les médecins libéraux. Quelques points à retenir :

  • L’ARS dispose en la personne de Philippe Guérin d’un « référent régional radicalisation », qui lui-même supervise des référents départementaux.
  • L’Article 226-14 du Code pénal permet désormais de lever le secret médical pour faire des signalements, face à des cas de patients radicalisés ou en voie de radicalisation, identifiables à partir d’un faisceau d’indices.
  • Un numéro Vert est dédié à ce type de signalements : le 0 800 005 696.
  • Des protocoles d'accompagnement et des dispositifs de prise en charge des cas signalés sont prévus par les pouvoirs publics. Il peut s’agir d’une prise en charge psychologique (en établissement de santé ou en maison d’adolescents) et d’un soutien à la parentalité (accompagnement éducatif et social) pour les parents de jeunes en situation de radicalisation. Le 1er centre de la région Centre dédié aux jeunes majeurs en situation de radicalisation a par ailleurs ouvert à Beaumont-sur-Véron (37).
  • Un grand séminaire sur la radicalisation est prévu en 2017 avec des psychiatres et la MIVILUD (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires). La présence de représentant de l’URPS-ML et de l’Ordre des médecins y sera souhaitée.