Vers une expérimentation de la régulation déportée au domicile?

Réunie le 9 janvier au siège de l’URPS-Médecins Libéraux, la Commission PDS a pris acte de l’accord donné par Philippe Damie, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) du Centre, pour que soit réalisée une expérimentation sur la régulation libérale déportée au domicile du régulateur, en totale interconnexion avec le SAMU, dans un département de la région.

La Commission a débattu pour savoir quels départements pourraient être les plus appropriés pour mettre en place cette expérimentation, à laquelle restent opposés les SAMU. Ceux-ci souhaitent en effet une régulation dans leurs locaux et veulent imposer leur logiciel, en cours de développement, alors que l’URPS-ML préconise la mise en place d’un outil en ligne permettant au permanencier du 15, au régulateur libéral et au médecin effecteur d’être en liaison constante, de savoir à quel stade en est la demande du patient et de gérer l’orientation proposée. La régulation déportée aurait pour avantages d’augmenter le « pool » de régulateurs, d’économiser des déplacements risqués, coûteux et chronophages. Le territoire choisi pour l’expérimentation sera défini au cours de ce premier trimestre, d’un commun accord entre l’URPS-Médecins Libéraux et l’ARS.