Maîtrise médicalisée : les biologistes sollicitent la coopération des médecins prescripteurs

Cette année encore, pour la huitième fois, les biologistes vont connaître une baisse de la tarification de leurs actes, négociée, cette fois, par la profession qui espère que ce sera la dernière. Dans cette perspective, les biologistes médicaux se sont engagés dans une maîtrise médicalisée des volumes.

Or, la biologie médicale est une profession prescrite, et, de ce fait, la collaboration des médecins dans une prescription rationnalisée, et non pas rationnée, est indispensable. Nos deux professions savent bien que nous devons, tous professionnels de santé confondus, nous partager à peu près  la même enveloppe d’une année à l’autre ; par conséquent, ce qui est consacré à une spécialité se fait souvent au détriment d’une autre, par effet de vases communicants.

C’est pourquoi les biologistes sollicitent leurs confrères médecins dans la promotion de 4 ou 5 référentiels élaborés de concert par les biologistes médicaux et la CNAM, dans le respect des recommandations de l’HAS. Ces actions porteront sur les groupes sanguins, la vitamine D, les bilans thyroïdiens et le PSA libre. Elles seront incluses, à la demande des syndicats des deux professions, dans la rémunération par objectifs des praticiens. Des référentiels seront rédigés à cet effet et très largement diffusés auprès des prescripteurs au cours de ces prochains mois.

Les biologistes souhaitent donc une maîtrise médicalisée élaborée et promue tant en partenariat avec les prescripteurs qu’avec l’Assurance maladie.

Francis GUINARD, Président de l’URPS Biologistes Région Centre