Démographie médicale : débat avec l’AML 45

L’Association des Maires du Loiret (AML 45) a organisé, le 9 octobre à Chatillon-Coligny, une réunion sur la démographie médicale à laquelle participait le Dr Pierre Bidaut, trésorier de l’URPS-ML.

Il y a été rappelé que la région Centre a une faible démographie médicale, mais aussi une faible densité de population en dehors de l'axe ligérien. Le travail de l'URPS ML Centre et de l'Assurance maladie a permis de chiffrer la densité réelle de médecins ayant une activité de médecine générale à 65 ETP/100 000 habitants et non 82 comme l’indiquent les statistiques officielles. Dans le Loiret, cette activité est de 61 ETP/100 000 habitants et non de 76.

Par ailleurs 14,2 % de la population de la région Centre habiteraient en zone sous-dotée : ce pourcentage correspond aux directives ministérielles, mais pas à la réalité de la région Centre.

Il a ensuite été rappelé que la réussite d’un projet d'exercice pluri-professionnel est soumise à plusieurs conditions : les professionnels de santé doivent participer à l'initiation du projet et le projet immobilier ne doit pas précéder le projet professionnel.

L'URPS ML Centre et la FMPS (Fédération des maisons et pôles de santé pluri-professionnels) du Centre peuvent être sollicitées pour aider au montage d’un projet d’exercice pluri-professionnel.

Le Dr Bidaut est intervenu pour exprimer l'avis de l'URPS ML Centre sur plusieurs sujets :

  • La coercition à l'installation ne fonctionne pas là où elle a été appliquée.
  • Les collectivités territoriales doivent plutôt travailler à l'attractivité de leur territoire.
  • La féminisation de la profession est un faux problème : les jeunes médecins hommes ont les mêmes aspirations en termes d'organisation du travail.
  • Pour que les jeunes médecins soient attirés par l'exercice libéral il faut qu'ils aient appris à le connaître au cours de leurs études :
    • Au cours des études médicales les stages en médecine libérale sont trop peu fréquents pour les futurs généralistes et inexistants pour les autres spécialités.
    • La filière médecine générale est le parent pauvre dans les facultés de médecine avec beaucoup moins de professeurs et de chefs de clinique que dans toutes les autres spécialités.
  • L'exercice coordonné n'impose pas de travailler sous le même toit.
  • Le Dossier Médical Personnel (DMP) souffre d’un défaut de conception initial : il a été construit sans aucune concertation avec les futurs utilisateurs. Mais il va probablement être sauvé grâce à l'expérimentation d'Amboise menée par des médecins de l'URPS ML Centre.